Attention, emprunter de l'argent coûte aussi de l'argent

La précipitation étant mauvaise conseillère, la loi vous donne un délai de réflexion de 14 jours pour renoncer à votre crédit, sans devoir vous justifier.

Ce délai démarre le jour de la conclusion du contrat de crédit. C’est ce que l’on appelle le droit de rétractation.

Pour exercer ce droit, vous devrez envoyer au prêteur, dans le délai imparti, une lettre recommandée pour l’informer de votre décision. Dans certains cas, la renonciation au crédit peut être faite par des voies plus simples, par exemple un courrier électronique.

Les modalités d’exercice du droit de rétractation, ainsi que ses conséquences pour le consommateur, doivent obligatoirement figurer dans le contrat de crédit.

Attention : renoncer au crédit n’implique pas automatiquement une renonciation à l’achat (par exemple un appareil électroménager, une cuisine, une auto, des vacances, etc.) pour lequel vous avez demandé un financement.

 

Lisez aussi : quel est le coût de mon crédit ?